La sélection corsée

La sélection corsée

Avec « Le bureau des reptiles » et « l’Affaire Collini », la légèreté n’est certes pas au rendez-vous…mais les vacances ne sont-elles pas aussi faites  pour permettre  aux « surbookés » de s’appesantir sur certains sujets importants, sinon graves,  que le manque de temps empêche souvent de considérer pendant l’année ?

Et ces deux romans, écrits de main de maître, offrent matière à réflexion….

L’affaire Collini (Ferdinand von Schirach) roman

Un riche industriel allemand sauvagement assassiné dans sa chambre d’hôtel par un ouvrier d’origine italienne à la retraite qui ne cherche pas à nier les faits… Jusque là, rien de bien original. Mais l’auteur de cette histoire policière est un avocat allemand, spécialiste de droit criminel, déjà célèbre dans son pays pour avoir défrayé la chronique dans différents procès…Et c’est précisément l’aspect judicaire de « L’Affaire Collini » qui intéressera le lecteur désireux de s’instruire. D’autant qu’il est question des lois visant à sanctionner les criminels de guerre, en l’occurrence ici de hauts gradés nazis. On croit avoir déjà fait le tour de la question, mais non.  Ce livre a même contribué à ce qu’une commission d’enquête soit créée pour se pencher sur le passé nazi au ministère fédéral de la justice.

 Le bureau des reptiles (Marcel-Sylvain Godfroid) roman

On n’a pas non plus tout dit des affres du colonialisme et Marcel-Sylvain Godfroid  a choisi  quant à lui d’aborder la question de l’époque coloniale belge en nous faisant découvrir le milieu de la presse de l’époque, dont le fameux bureau des Reptiles (en réalité « fonds des reptiles ») organe de propagande et de contrôle de la presse mis en place par Léopold II au temps où il possédait le Congo.

Sous le couvert de la fiction, l’auteur nous révèle des faits inspirés par de nombreux  témoignages et documents authentiques et l’atmosphère de  Bruxelles à la fin du 19ème est magistralement rendue !

Un premier roman remarquable et un auteur à ne pas perdre de vue !

 

Laisser une réponse