Armel Job

Evren achève de brillantes études à Cologne. Hébergé chez un oncle turc, ce garçon timide a le coup de foudre pour sa cousine, la belle et sensuelle Derya. Rentré chez lui, en Belgique, Evren annonce aux siens la bonne nouvelle : il va épouser Derya. Une délégation familiale se rend donc en Allemagne pour demander officiellement la main de la jeune fille. Mais les choses ne vont pas tourner comme prévu.

A travers l’évocation des mariages arrangés, Armel Job livre une chronique à la morale subtile sur le combat courageux des femmes pour le droit à la dignité, à l’égalité et à la liberté. Déroutant jusqu’à la dernière ligne, tour à tour drôle et profond, Loin des mosquées ravira les admirateurs – toujours plus nombreux – de l’œuvre d’Armel Job (JF GOMBERT).

A propos des derniers romans d’Armel Job

Quel art de la pirouette chez cet auteur belge, discret et profond, qui manie la langue française avec l’ardeur du grammairien qu’il est et cette pincée d’humour taciturne qui donne un peu de légèreté à des romans au fond assez grave! (Isabelle de MONTVERT-CHAUSSY, Sud-Ouest, Bordeaux)

Homme tranquille, mais implacable. L’une des forces d’Armel Job est de raconter des histoires d’aujourd’hui qui, le livre refermé, deviennent éternelles. Au sens le plus noble du terme, Armel Job est un grand classique. (Philippe Lemaire, Le Parisien)

Armel Job est un écrivain. De la meilleure espèce. Elégant, ironique, subtil. Avec acuité, il ausculte, d’un roman à l’autre,  la société belge. (Marianne Payot, L’Express)

Distinguer l’homme « derrière sa cuirasse de gugusse ». Voilà sans doute ce qui pousse Armel Job, écrivain belge, à écrire avec succès livre sur livre, tous couronnés de nombreux prix. Distance, modestie, humour fin, langage adapté au récit, suspens et toujours une curiosité renouvelée pour l’autre et sa part irréductible de mystère. (Valérie Lobsiger, Le courrier de Berne)

Creusant avec une infinie précision et un style délicat la psychologie de chacun de ses personnages, [Armel Job] transforme un fait divers wallon en mini-tragédie grecque. Du grand art. (Jean-Christophe Buisson, Le Figaro Magazine)

Un roman d’aujourd’hui, et une finesse de style qui raconte juste et fort : le dernier roman d’Armel Job raconte ces femmes que l’on veut soumises et qui ne le sont pas. (Jean-Guy Soumy, Le bien public-Dijon)

Un roman élégant, subtil, plein de grâce. (Guy Duplat, La Libre Belgique)

Armel Job écrit bellement cet enchevêtrement de lignes de destin. Sans jugement sur les comportements. Comme un sage raconte ses fables. Avec la pointe d’humour qu’il faut pour que la leçon ne soit pas perdue. Et des héros attachants, comme Derya qui veut vivre, libre, loin du carcan dans lequel la tradition turque l’emprisonne. (Jean-Claude Vantroyen, Le Soir)

“Loin des mosquées” devrait être une des lectures OBLIGATOIRES dans les écoles … (Christine Calmeau, Envie de lire, Blog RTL)